الرئيسية | Vagues | Haleine d’un système | Manal Jowayriya

Haleine d’un système | Manal Jowayriya

Manal Jowayrira

  Elle a la migraine, à force de tout entendre

Moi, j’ai la nausée

 Mais pourquoi

La démocratie prête si fort de son oreille qu’on ne peut avoir de son attention. Nul ne concentre sa concentration que celui qui la possède. ce mythomane qui a accouché une fatuité pour rabâcher des vérités.  La démocratie nous laisse croasser comme des corbeaux, Rien ne l’écœure

C’est normal, elle n’a pas de cœur, c’est un régime politique, un système. Non pas un être

Ah, ne parle pas d’existence ! tu me renvoies à la dure réalité ! si  tu changes de perception, tu seras le néant et pas l’humain digne d’une vie ; tu seras le malaise.. un être tourmenté, mal dirigé

Ses bases sont bien convaincantes : la priorité à la majorité, l’indépendance de la justice, l’égalité, la liberté

Ça fait rêver. Le principe de souveraineté surtout, avec distinctions bien sûr ! Le pouvoir au peuple, c’est ce que raconte l’étymologie ; Le peuple n’a jamais fait de décision, c’est une illusion. Il est la décision, plutôt l’essai. Quand on a le contrôle, on devient invincible.. et c’est dangereux

C’est la faute à l’état, est-ce bien ça

Tout à fait ! enfin.. non ! pardon ! l’état est dispersé, jamais organisé..  L’erreur  est dans le choix du registre. S’il en a bien un

Je trouve que la démocratie nous donne de son écoute et de son ordre. Un bien fait, non

Quiconque est un bienfaiteur. Tout est un bienfait. Sachant que le bien est le bon usage du mal.  Une fois, la politique m’a confié une de ses malices –sachant que dans les badineries, il y a la moitié de la vérité, si ce n’est pas toute. – «J’étais et je suis en disposition de faire du mal, sauf que j’ai changé de façon ; j’opte pour la bonté pour alimenter le poison. Un masque qui me facilite la vie, tout en brulant des millions de vie. » par ces faits, nous sommes encore très loin de la démocratie

Les balbutiements de la politique ? mon œil ! Ce ne sont que des prouesses, des mots fléchis et qui n’existent que dans tes pensées

Regarde ce glacis sur ton teint. Démaquille- toi et réfléchis

La monarchie, la théocratie, la dictature, l’aristocratie… La politique nous gratifie en choisissant la démocratie

Une mère ne fait pas la différence entre ses enfants. Excepté si c’est pour nous le faire croire

Mais quelle est ta propension

Le bon sens, qui ne demande jamais d’inclination

La démocratie est bien la meilleure à présent

Bonne, ou non, là n’est pas la question. L’interrogation la plus torride : lequel de ces sentiers politiques tracera le bon avenir ? Aujourd’hui, c’est elle qui tient les rênes

Je suis paumé ! Je demande une explication

Elle a inventé le jeu, nous jouons et elle gagne. C’est comme dieu, il a fait la loi, déposé les règles du jeu, s’est éclipsé. Sauf que dieu ne gagne pas, il nous fait gagner

ne sois pas le jouet, mais, l’adversaire

La révolte

Non, tu finiras par tous refuser. La révolte est un chemin interminable, très minable, qui s’oppose à tout que ça soit un 6 ou un 9. C’est la folie

Et la solution

Qui cherche la solution, trouve le problème. J’ai uniquement de quoi te faire vivre qu’importe ta direction : La modération, la révérence et la ruse. Néanmoins, ce ne sont pas des solutions clés en main. Il y a une condition, celle de laisser place à la réflexion

Et pour accompagner  ta pensée, je propose une épigramme

                            La politique est empotée

                      Ni réservée, ni déterminée

                     Et nulle règle n’est adéquate

                     Que la mutualité adroite

                     Que le modèle d’entretien

                     Qui cultive la vie du citoyen

اضف رد

لن يتم نشر البريد الإلكتروني . الحقول المطلوبة مشار لها بـ *

*